Si le magnétisme reste toujours mystérieux et inexpliqué, nous avons voulu ici faire une synthèse de différents documents recueillis sur l’histoire du magnétisme d’une manière un peu différente de ce que l’on peut trouver habituellement sur le sujet. De l’antiquité à nos jours en passant par Mesmer et quelques grands évènements qui ont marqués l’histoire du magnétisme. Si d’autres pays reconnaissent le magnétisme , les pratiques énergétiques et leurs bienfaits, cela reste toujours aussi complexe en France. Peut-être à cause de son histoire justement. Rien d’exhaustif ici, mais des éléments qui ont retenu notre attention.

Introduction

Le magnétisme repose sur le fait que tout être humain contient de l’énergie. Pour qu’un individu soit en bonne santé, cette énergie doit circuler correctement.

Le rôle du magnétiseur, aussi appelé énergéticien, est d’avoir une action sur cette énergie, lorsque celle-ci manifeste un dysfonctionnement.

C’est le magnétisme animal ainsi nommé par le Dr Mesmer.

De par le monde et dès l’antiquité, le magnétisme animal concrétisé par l’imposition des mains, est universellement connu.

Dans l’ancienne Egypte, les hiéroglyphes et les papyrus illustrent les séances de magnétisme curatif par l’imposition des mains, dans les temples. Dans les temples égyptiens, certaines cérémonies étaient des séances de magnétisme collectif. Les prêtres faisaient usage du magnétisme curatif à tous les degrés, comme en témoignent les hiéroglyphes et les papyrus de l’ancienne Égypte.
Sur les bas-reliefs et les monuments de toutes époques, il est clair que des groupes de magnétiseurs exercent leur fonction par l’imposition des mains, geste hautement symbolique et universel.

Dans la bible il est écrit : « ils imposaient les mains et les malades étaient guéris ».

En Grèce, un chroniqueur, parlant d’Hippocrate (400 av JC) : « ils étendaient les mains au-dessus de la partie malade et les résultats obtenus semblaient prouver un étrange pouvoir thérapeutique ».

En Inde : les livres sacrés hindous (7ès av JC) relatent que les malades étaient guéris par la parole, le regard, l’imposition des mains.

En France, dès le moyen-âge, l’apprentissage du métier de roi comprend certaines initiations que le souverain assumera.  Le mystère des rois magnétiseurs est sujet à caution, mais il faut en parler ici car son existence sur le plan historique est incontestable, même s’il est étroitement lié à la religion.

Au moyen-âge, l’épidémie des écrouelles ravage la France. Il s’agit d’une inflammation des ganglions lymphatiques qui se manifeste par des plaies suppurantes et pestilentielles.

Robert II Le Pieux, roi de France de 1072 à 1031 impose les mains et fonde une dynastie des rois thérapeutes. C’est après le couronnement au cours duquel l’évêque applique sur le front le chrême de la Sainte ampoule, que le roi est investi du pouvoir médicinal par l’imposition des mains.

La cérémonie du toucher royal subira peu de changements jusqu’à la fin de la monarchie : le roi est debout recevant pauvres et riches.  Il impose une main sur chaque malade agenouillé, fait le signe de croix et prononce la phrase : « le roi te touche, Dieu te guérit ».

Aucun roi ne dira « je te guéris » faisant ainsi ressortir le caractère divin et sacré du toucher royal seulement autorisé après l’onction.

De nombreux documents décrivent ces cérémonies en indiquant le nombre de personnes touchées : Philippe iv Le bel en 1307, Louis X le Hutin, François Ier roi de 1515 à 1547 reçoit 1500 malades en 1527, Henri IV touche plus de 700 personnes le jour de son sacre en 1594. En 1715 Louis XIV touche plus de 2000 personnes. Louis XV dès le lendemain de son sacre touche 2200 personnes. Louis XVI touche plus de 2500 malades en 1791 qui témoignent de son efficacité. Il semble que Charles X soit le dernier roi de France à pratiquer l’imposition des mains.

Peu à peu l’origine sacrale de la royauté, les pouvoirs et les privilèges qui s’y rattachent s’estompent. La mentalité médiévale simpliste et les visions surnaturelles s’effacent devant l’intérêt grandissant pour le fait réel du magnétisme animal et de ses influences bienfaisantes.

Ainsi, dès la fin du 17ème Siècle, le physicien et chimiste Robert Boyle, balaie la croyance du don divin seulement accordé aux rois. Par ses travaux, il suppute déjà, une réaction chimique du corps au contact d’autres corps.

Cependant, ce n’est que vers la fin du 18ème siècle, et surtout du 19ème siècle que les scientifiques s’intéressent au magnétisme, et que certains faits marquants contribuent, sinon à l’officialisation, du moins à répandre la connaissance du magnétisme et des magnétiseurs.

Ainsi nous allons voir dans un première partie la reconnaissance du magnétisme, nous verrons ensuite les différents évènements qui ont marqué le magnétisme, avant de parler de la pratique actuelle.

I-La reconnaissance du magnétisme animal

Le Dr Mesmer

Anton Mesmer né en 1734 en Allemagne, élevé au contact des savants religieux. Il est diplômé de théologie, philosophie, droit et médecine. Il opte pour l’exercice de la médecine. Sa thèse s’intitule : de l’influence des astres et des planètes sur la guérison des maladies, en 1766. Cet ouvrage plut au père jésuite  Hell, professeur d’astronomie à l’université de Vienne. Il guérissait certaines maladies au moyen de fers aimantés. Le père Jésuite appliquait les aimants. Mesmer imposait les mains.

En 1779 Mesmer s’installe à Paris où il exerce et enseigne sa théorie du fluide magnétique à de nombreux élèves et patients. Le Dr Deslon, régent de la faculté de médecine de Paris et médecine du comte d’Artois (futur Charles X) s’intéresse à ses travaux.

Mesmer crée la société d’harmonie. Le marquis de Puysegur y adhère et devient un disciple assidu. En 1815 Puységur crée avec Philippe Deleuze une école de magnétisme qui forme d’excellents praticiens.

Cependant l’académie de médecine française intente des procès contre Mesmer et qualifie le magnétisme de charlatanisme.

Mesmer repart en Allemagne en 1812 soigner les pauvres et mourra en 1815.

Le Baron Dupotet  De Sennevoy

Connu sous le nom Baron Du Potet, né en 180, déclare que le magnétisme tient à deux causes : au fluide à l’âme, à la matière et à l’esprit. Il est un des premiers magnétiseurs accepté à l’hôtel-Dieu où il travaille en collaboration avec le professeur Récamier puis à la Salpétrière avec les professeurs Bertrand et Rostand.

Cependant, en 1820 l’académie de médecine condamne définitivement le magnétisme. Le Baron Du Potet est bannis des hôpitaux de Paris et de France.

  

James Braid

Au milieu de tout ce battage, de cette controverse, il y a un médecin célèbre en qualité de chirurgien ophtalmologiste qui est complètement sceptique et même convaincu, de l’imposture de ces personnes, c’est James Braid. En 1841, il vient assister incognito à ces séances étranges, il s’y intéresse intensément et il est plus particulièrement attentif au phénomène du sommeil magnétique qu’il baptise « sommeil névrotique ». Peu à peu, il modifie les techniques mesmérienne et puységurienne qui deviennent « le braidisme » ; il renonce au terme péjoratif de sommeil névrotique pour le remplacer par « hypnotisme » quand il y a sommeil artificiel. Il montre ainsi une nouvelle forme de pensée pour différencier la pratique simple de sa pratique expérimentale, qu’il oriente vers une observation scientifique et médicale. Il remarque que le magnétisme animal apporte une modification dans les fonctions du système nerveux, provoquée par des procédés. Dès qu’il est magnétisé, le patient fait part de ce qu’il ressent dans son corps : parties douloureuses auxquelles il n’avait pas prêté attention, ou bien détente de zones continuellement contractées. Ses travaux apportent la preuve que le magnétisme est observable, qu’il peut être utilisé à des fins thérapeutiques, qu’il peut être provoqué ou dissipé, par celui qui en connaît les mécanismes. Il communique à l’académie des sciences et à l’académie de médecine que le magnétisme animal est un phénomène naturel, produit par des procédés précis, qu’il expose en 1843 dans un premier ouvrage intitulé « Neurhypnology ». Malgré toutes les preuves scientifiques et médicales qu’il avance, il est traité de « petit physiologiste » et vers 1855, il retombe dans l’anonymat.

Le Dr Liébault

Vers 1866, le docteur Liebault dirige les travaux de l’école de Nancy et continue les recherches sur le magnétisme animal ; ce médecin modeste, surtout préoccupé des soins à prodiguer aux pauvres est éloigné des mondanités et passe pour un original. Le sérieux de ses observations et la logique de ses convictions attirent l’attention des docteurs Charcot, Richet et Lasegue en particulier, qui décrivent plus précisément les caractères physiques du magnétisme animal. Vers 1878, les travaux de la Salpêtrière reprennent l’étude du phénomène magnétique.

Hector Durville

En 1882, Hector Durville, excellent magnétiseur et hypnotiseur, ouvre à Paris un cours complet de magnétisme curatif; en 1887, il fonde la Société Magnétique de France et fait reconnaître son école comme établissement supérieur d’enseignement libre. Pour ce dernier, le magnétisme est l’initiation à des vérités essentielles qui dirigent les actes humanitaires.

Depuis, le magnétisme animal a connu des fortunes diverses. Dès 1960, le professeur Yves Rocard étudie le phénomène électromagnétique humain et conclut que l’homme est sensible à toute modification d’un champ magnétique ; il convient que le magnétisme ne se voit pas, mais peut s’expérimenter.

Ce sont là quelques-uns de ceux qui étudièrent le magnétisme animal et ses propriétés, mais cette liste n’est pas exhaustive et s’allonge des noms de tous ceux qui travaillent dans l’anonymat.

manuel baron du potet magnetisme

II- Des évènements qui ont marqué l’histoire du magnétisme

Nous allons étudier ici différents évènements marquants dans l’histoire du magnétisme avec notamment la société magnétique de France et le congrès international du Magnétisme.

La société Magnétique de France (1887)

Fondée par le Dr Durville, cette société connaît un développement important. Elle montre que l’étude, l’enseignement et la vulgarisation du magnétisme répondent à une véritable demande de la part de toutes les classes sociales.

Les syndicats de médecin s’élèvent contre cette pratique. Cependant, les magnétiseurs, connaissent leurs premiers succès juridiques contres ces syndicats. Tout ceci se produit dans un contexte favorable aux magnétiseurs : disparition du Pr Charcot, opposé au magnétisme, opposition entre les différentes écoles (La Salpétrière, La charité, Nancy, Bordeaux) et les jurisprudences contradictoires.

Durville et la société magnétique de France, dans une brochure de 72 pages, largement diffusée, montrent que l’exercice du magnétisme est menacé par les syndicats de médecins Les magnétiseurs exposent que les médecins syndiqués représentent une minorité décidée à poursuivre toux ceux qui guérissent les malades sans être Docteurs en médecine. Ils ont état de témoignages d’un grand nombre de malades constatant avoir été guéris par le magnétisme d’un grand nombre d’affections que les médecins n’ont pas pu soulager.  Chaque malade, doit pouvoir se faire traiter comme il le veut et pour conserver ce droit indiscutable un petit ouvrage est tiré en nombre important par la société magnétique de France.

Le congrès international du magnétisme (1889)

Réuni à Paris du 21 au 27 Octobre 1889, les participants sont non seulement des personnes pratiquant le magnétisme, mais aussi des médecins, des philosophes, des savants libres, auxquels il faut ajouter des militaires, des ecclésiastiques  et différents sympatisants.

Les magnétiseurs expriment leur mécontentement à l’égard des médecins spécialistes de Paris et Nancy qui s’attribuent le mérite de la découverte du sommeil provoqué par des procédés très proches du magnétisme. Il s’agit de l’hypnose.

Les médecins reprochent aux magnétiseurs de mettre en danger la santé des participants aux séances de magnétisme. Ceux-ci rétorquent que dans certains cas, l’hypnotisme peut rendre des services mais peut être nuisible dans d’autres situations. L’hypnotisme, comme le magnétisme ont des standards variés. La différence essentielle porte sur la présence indispensable du sommeil pour l’hypnotisme alors que le magnétisme est une action qui a lieu d’un individu à une autre sans pour autant que le sommeil soit obligatoire.

Les magnétiseurs réclament au monde savant des expérimentations pour justifier le bien-fondé de leurs pratiques dont le caractère d’utilité est présent.

Il peur parait indispensable que la science officielle étudie le magnétisme qu’elle s’obstine à nier.

Mais afin de délimiter leur champ d’action et éviter toute assimilation avec une pratique populaire, les médecins spécialisés préfère l’appellation plus médicalisée d’hypnotisme.

La demande d’amendement à la loi du 30 novembre 1892 sur l’exercice de la médecine est rejetée et les pratiques magnétiques sont condamnées par le corps médical.

Actuellement, ce sont des médecins, des chirurgiens et des physiciens qui étudient scientifiquement les techniques magnétiques, en s’appuyant sur la pensée scientifique, sans aucune dichotomie. L’enfermement, la mauvaise foi, souvent, sont des obstacles au développement de cette discipline, dans laquelle on ne peut encore établir de travaux de normalisation.

Depuis quelques années, des médecins et des magnétiseurs se livrent à des expérimentations en double-aveugle et les premières observations sont intéressantes pour tous.

Néanmoins, les scientifiques qui se prêtent à ces expériences sont plutôt mal vus du corps médical et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas aidés dans leurs recherches, qui à ce jour, ne sont pas reconnues.

III- Le magnétisme actuel, le métier de magnétiseur

Les magnétiseurs, pourchassés par la médecine occidentale au 19ème siècle notamment, sont logiquement restés discrets. Le magnétisme était surtout reconnu dans les campagnes notamment pour soigner les brûlures.

On a souvent désigné les magnétiseurs sous le terme de guérisseurs. Or le magnétiseur n’étant pas médecin ce terme est de moins en moins utilisé, car le magnétiseur actuel, ne saurait se substituer à la médecine traditionnelle. Il doit même mettre en garde son client en lui précisant que ses séances ne remplacent pas la consultation d’un médecin.

Plusieurs avis divergent sur ce qu’est le magnétisme en réalité : est-ce un fluide que tout être humain possède ? C’est en tous cas ce que disait les médecins tels que Mesmer.

D’autres pensent que c’est un don de dieu ou que le fuide magnétisme pourrait se transmettre au sein de familles : transmission de secret ou initiation d’une personne à une autre.

magnetisme actuel

On parle aussi des coupeurs de feu. : des praticiens capables de diminuer les douleurs suite à des brûlures.

Le terme « toucheur » a aussi été utilisé .

Le magnétiseur autodidacte, éloigné d’un modèle familial, existe vraisemblablement sans que des statistiques permettent d’être plus précis. Il va de soi qu’aidé de livres ou développant une observation fine de ceux, humains et animaux, qui l’entourent, un quidam peut, progressivement, se former et tester ses compétences de magnétiseur.

Actuellement on utilise le terme praticien en soins énergétique, ou même le mot énergéticien sont plutôt de mise et éloignent un peu le côté mystique du magnétisme.  Ce métier commence d’ailleurs à se démocratiser et à avoir pignon sur rue.

Le magnétiseur utilise l’imposition des mains. Il permet de dénouer les crispations du corps et du mental pour se sentir plus apaisé et pour libérer l’énergie afin qu’elle circule mieux dans tout le corps du consultant. C’est d’ailleurs sur cette base énergétique que l’on va trouver des pratiques comme la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture, ou le yoga. Le magnétisme rééquilibre le corps et apaise les tensions.

Le magnétisme peut aussi se pratiquer à distance.  Là encore les travaux en physique quantique, ou des recherches sur le pouvoir de l’eau ou d’autres explications scientifiques voient le jour mais ne sont pour autant pas acceptées par la communauté scientifique dans leur globalité.

Au fil des ans, la pratique du magnétisme a évolué. Le magnétiseur énergéticien n’est plus celui qui a un pouvoir magique mais une personne consciente de ses capacités et qu’il peut travailler pour les développer. Dans ce sens des formations sont proposées qui permettent à la fois d’apprendre des techniques et de professionnaliser sa manière de faire.

Si à ce jour le magnétisme n’est toujours pas officiellement reconnu, les hôpitaux font de plus en plus appel aux magnétiseurs énergéticiens notamment pour les brûlures. De plus en plus de médecins généralistes envoient leurs patients vers les magnétiseurs pour des zonas.

©copyright. Reproduction interdite. Synthèse de recherches G.G

SOURCES

Autres articles à lire :

Le magnétisme à distance: fonctionnement
Rebouteux, magnétiseur, énergéticien quelles différences
Le magnétisme et la science

Demande de bulletin d'inscription

Remplissez les champs ci-dessous pour recevoir votre bulletin d'inscription

Votre demande a bien été reçue. Consultez votre boite email pour récupérer le bulletin d'inscription